A la une
Accès rapides

Ma ville

25 novembre : Journée mondiale contre les violences faites aux femmes

Comme chaque année depuis 1999, le monde entier, dont Châtillon, célèbre le 25 novembre la journée de lutte contre les violences faites aux femmes. À cette occasion, plusieurs évènements seront proposés par la ville.

Une journée mondiale de revendications

En 2017, le mouvement #MeToo avait ouvert la voie à une libération de la parole des femmes grâce aux réseaux sociaux. C’est sur ce modèle que ces dernières semaines, bon nombre de femmes, aux États-Unis et en Angleterre, ont rapporté des faits d’injections sous-cutanée (par des aiguilles hypodermiques) de drogue (GHB) non-consenties dans les clubs et les bars. De là est né un mouvement de contestation notamment en Grande Bretagne. Ce mouvement anglais de boycott des boîtes de nuit nommé « Girls Night In » n’est pas qu’un simple rappel des violences faites aux femmes, il démontre la nécessité urgente d’agir dans le domaine. Le problème, international, est pris à bras le corps par les Nations unies depuis les années 1980. L’organisation va, en 1999, instituer le 25 novembre comme Journée mondiale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Ce jour choisi en hommage aux trois sœurs Mirabal (figures féministes dominicaines assassinées pour leur combat à cette date symbolique), est l’occasion de soutenir l’ensemble des femmes aux quatre coins du globe, dont  déclarent avoir au cours de leur vie des violences physiques ou sexuelles[1].

 

Des évènements prévus entre le 23 et le 27 novembre

 

Un Bus Santé Femmes le 23 novembre rue Jean-Pierre Timbaud

En ouverture du programme, la ville accueille un « Bus Santé Femmes » le 23 novembre de 10h à 16h. Ce bus aménagé par l’Institut des Hauts-de-Seine, en partenariat avec la RATP, sera stationné au marché Cœur-de-Ville. L’objectif : répondre aux besoins spécifiques des femmes en matière de santé physique et psychologique, mais aussi en matière de prévention des violences. Ces missions seront menées par une équipe de professionnels de santé (médecins et aides-soignants), de juristes et de personnels de police et gendarmerie.

 

Du 23 au 27 novembre, Exposition « Blessures de Femmes » par Catherine Cabrol à la médiathèque Max-Pol Fouchet

Du 23 au 27 novembre, la médiathèque Max-Pol Fouchet (2 rue Lasègue) accueillera l’exposition « Blessures de Femme » de la photographe et réalisatrice Catherine Cabrol avec le soutien  l’association Libre Vue qui lutte, grâce à l’art photographique, contre toutes formes de violences.

Suite à la disparition de son amie Marie Trintignant, qui succombera des coups de son conjoint (Bertrand Cantat) en 2003, Catherine Cabrol prendra à cœur la cause des femmes victimes de violences et consacrera son travail à cette problématique. C’est dans cette perspective que l’exposition « Blessure de Femme » s’inscrit, en enchaînant entre images et paroles basées sur le portrait de 20 femmes, sur ce qui n’est désormais plus acceptable, ni dans l’espace public, ni dans la sphère privée.

L’exposition est accessible aux horaires d’ouverture habituels de la médiathèque. Rendez sur le site pour plus d’information (www.mediatheque-chatillon.fr).

 

Soirée débat « Libre Vue » avec Catherine Cabrol le 27 novembre à la médiathèque Max-Pol Fouchet

À l’issue de l’’exposition de Catherine Cabrol le samedi 27 novembre, une soirée débat sera organisée à la médiathèque autour des sujets abordés par les œuvres. L’artiste et autrice animera l’échange à partir de 18h30. L’entrée est libre mais limitée à un nombre de places restreint. Le lieu étant clos, les masques et passes sanitaires restent obligatoires. Plus d’information sur le site de la médiathèque (www.mediatheque-chatillon.fr).

 

Permanences du CIDFF à partir du 25 novembre, les aides dont disposent les victimes

Depuis le mois de mai, afin de protéger en urgence et mettre à l’abri ces personnes victimes de violences, le CCAS a mis en place une aide pour prendre en charge les frais de taxi et les nuitées d’hôtel, en général suite à un signalement par les services de police. Par ailleurs, depuis le 25 novembre, une permanence du CIDFF (Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles) en présence d’une juriste spécialisée a lieu tous les jeudis au CCAS, de 9h à 12h, sur rendez-vous au 01 58 07 15 24.

 

[1] Organisation mondiale de la santé (OMS), « Estimations mondiales et régionales de la violence à l’encontre des femmes : prévalence et conséquences sur la santé de la violence du partenaire intime et de la violence sexuelle exercée par d’autres que le partenaire », 2013.